Inauguration de la caserne du SRI Aywaille.


Nous avons vu dans les pages précédentes qu'en date du 24 février 2005 les pompiers ont officiellement emménagé dans les locaux de la nouvelle caserne de Playe. L'inauguration officielle à eu lieu le 20 mai en présence d'un public relativement important parmi lequel figuraient quelques personnalités politiques dont Michel Foret, gouverneur de la province de Liège. Lors de la présentation de la caserne aux différents invités à la mini conférence de presse, le bourgmestre Philippe Dodrimont s'est efforcé de retracer l'historique du groupe des sapeurs pompiers en évoquant les nombreuses péripéties survenues depuis la création du corps en 1951. Rappelons cependant qu'en 1807 déjà, des archives attestent l'existence d'un groupe de sapeurs volontaires au sein de la commune d'Aywaille.

A l'issue de cette conférence, chacun avait l'opportunité de se rendre dans les locaux constituant le vaste garage, aménagé pour la circonstance. Environ 250 invités s'y trouvaient réunis. Divers intervenants prirent la parole afin d'expliciter, chacun à sa manière, la naissance du projet ainsi que les différents objectifs prévus dans le futur.

Après avoir coupé le ruban officiel, le bourgmestre et le commandant du corps dévoilèrent la plaque inaugurale située sur l'un des murs d'un escalier menant à l'étage. S'ensuivit une visite des différents locaux par les personnalités et les divers invités. Tout cela, avant de prendre le verre de l'amitié offert par les organisateurs de cette manifestation. Le bourgmestre à particulièrement insisté sur les atouts de la nouvelle caserne qui, bien qu'elle ne soit pas appréciée à sa juste valeur par quelques rares individus, présente des particularités démontrant qu'elle reflète un service où les technologies modernes sont développées à bien des niveaux. Tous ces travaux et aménagements représentent un coût se chiffrant approximativement à 1.436.000 euros mais chaque citoyen doit savoir que la sécurité d'une population n'a pas de prix.

La commune d'Aywaille a réalisé la construction de cette architecture sur fonds propres. En établissant un accord avec le Centre Régional d'Aide aux Communes, elle a pu bénéficier d'un prêt s'élevant à 1.243.124 euros et cela, à un taux relativement favorable.

Les différents atouts de la nouvelle caserne.

  • L'ensemble des locaux représente une surface de 1500 m². Ils sont entourés d'une aire de parking très vaste permettant, contrairement à l'ancien emplacement, d'offrir un stationnement aisé aux véhicules des membres du personnel ou encore à ceux des différents visiteurs ou invités.

  • Le dispatching radio équipant les installations impressionne par ses nombreuses fonctionnalités informatisées.

  • Tous les officiers et le caporal professionnel possèdent leur bureau personnel.

  • Différents locaux sont prévus en vue de la tenue d'assemblées générales ou autres réunions d'importance.

  • La caserne comporte un local aménagé permettant le classement des dossiers nécessitant un archivage.

  • Des locaux sont aménagés en vue de l'organisation de formations dispensées par l'École du Feu.

  • Le charroi automobile dispose d'un local au sein duquel se trouve une fosse permettant l'entretien aisé des différents véhicules.

  • Insistons également sur la situation de cette caserne située à proximité des deux accès à l'autoroute, garantissant de cette manière un service optimisé lors des sorties urgentes.

Le respect de l'environnement est bien présent.

  • Dans le garage, les différents véhicules du SRI sont raccordés à un système d'évacuation des gaz d'échappement. Celui-ci se met automatiquement en route lors de l'ouverture des portes de sortie. Les fumées extraites sont évacuées vers l'extérieur, par dessus la toiture du bâtiment, au moyen d'un réseau de tuyauteries idoines.

  • Des panneaux fixés sur une partie de la toiture, récupérant l'énergie solaire, permettent de pourvoir au chauffage de l'eau sanitaire contenue dans un boiler de 800 litres. Cette réserve d'eau chaude doit en principe subvenir à une partie des besoins de l'ensemble des bâtiments. Lorsque l'énergie solaire fait défaut, le chauffage de l'eau est alors géré par une imposante chaudière.

  • Cette chaudière fonctionne au gaz qui, s'il est le combustible le plus écologique, engendre un coût de fonctionnement malheureusement plus important que le gasoil.

  • Une citerne d'une capacité de 100 m³, alimentée par les eaux de pluie, a été aménagée sous les bâtiments afin de pourvoir aux besoins en eau réclamés lors des interventions ou encore lors des exercices régulièrement pratiqués par les sapeurs pompiers.

La construction de cette nouvelle caserne représente une véritable avancée technologique offrant des possibilités d'interventions nettement plus performantes qu'auparavant. Notre commune ainsi que l'ensemble des citoyens appartenant aux autres entités dépendantes du SRI d'Aywaille peuvent être fiers de cette réalisation.

L'effectif, en mai 2005.

62 personnes composent l'ensemble du corps des sapeurs pompiers d'Aywaille. Ils se répartissent comme suit :

  • 1 chef de corps.

  • 2 sous-lieutenants.

  • 1 officier médecin.

  • 1 adjudant.

  • 2 premiers-sergents.

  • 3 sergents.

  • 1 caporal professionnel.

  • 5 caporaux volontaires.

  • 27 sapeurs-pompiers volontaires.

  • 7 stagiaires sapeurs-pompiers volontaires.

  • 5 ambulanciers.

  • 7 stagiaires ambulanciers.

Les véhicules d'intervention, en mai 2005.

  • 2 autopompes légères : l'une équipée d'une citerne de 2000 litres et l'autre munie d'une citerne de 1200 litres.

  • 1 autopompe citerne munie d'un réservoir de 8000 litres.

  • 1 autopompe équipée pour les feux de forêts.

  • 1 véhicule de désincarcération.

  • 1 véhicule polyvalent utilisé comme véhicule de liaison ou par le GRIMP

  • 2 ambulances, de marque Mercedes et Volkswagen.

Souhaitons à cette nouvelle caserne d'encore évoluer dans les temps futurs et souhaitons aux membres du personnel de grandir avec elle.

 

Cette page clôture la longue narration de l'historique du corps des sapeurs pompiers d'Aywaille. Je me suis efforcé, dans la mesure de mes possibilités, de ne pas commettre des erreurs techniques et ce fait, à lui seul, représente un travail ardu. Dans l'éventualité où, malgré l'attention toute particulière apportée à ce travail, des erreurs seraient présentes, j'apprécierais qu'elles me soit signalées. Je tiens tout particulièrement à porter à la connaissance des lecteurs le fait qu'aucun des membres du SRI d'Aywaille ne m'a proposé de l'aide. Je dirai même plus, certains m'ont mis des bâtons dans les roues afin de m'empêcher de terminer ce travail mais ils ont "attaqué la falaise"

Cela traduit beaucoup de choses : de la jalousie et de l'hypocrisie qui, à elles seules, sont le reflet de beaucoup de mésententes, de craintes et de doutes présents parmi les membres du personnel. Choses existantes depuis longue date comme me l'ont confirmé  plusieurs membres du personnel avec qui j'ai échangé quelques mots.

      

 

© Jacques Schoumakers 2004-2005

Page des liens SRI