Le viaduc de Remouchamps.

Le viaduc de Remouchamps a subit un lourd passé historique, c'est la raison pour laquelle j'ai voulu inclure dans le cadre de ce travail, sa description et les péripéties auxquelles il a du faire face au cours de la seconde guerre mondiale.

Initialement érigé en 1883 lors de la réalisation du premier tronçon de la ligne 42, sa structure était fondamentalement différente de son architecture actuelle. Les ingénieurs de l'époque étaient relativement peu soucieux de l'harmonisation de cet ouvrage avec l'environnement dans lequel ils l'avaient implanté. Posé sur deux culées réalisées en pierres du pays, la traverse métallique enjambait la route de Trois-Ponts et l'Amblève.



Le viaduc et le château de Montjardin, en 1935.

Lorsque survint la déclaration de guerre, le 10 mai 1940, le Génie de l'armée belge dynamitait le viaduc dans le but de ralentir les manœuvres militaires de nos voisins allemands. Il fut reconstruit moins d'une année plus tard par la firme Pieux-Franki de Liège, spécialisée dans ce genre de travaux.


Vue du viaduc dynamité. Photo réalisée le 20 août 1940.


Le 24 septembre 1940, le viaduc est en cours de reconstruction.

Les dégâts les plus importants causés au viaduc se situaient côté gare où les six arches étaient entièrement détruites. Le viaduc sera reconstruit a l'identique de l'ouvrage original de 1883.


En 1941, le pont se reconstruit. Vue de la locomotive effectuant les tests de résistance.

Second dynamitage.

L'histoire du viaduc n'allait pas en rester là puisque dans la nuit du 8 au 9 août 1944, l'armée des Partisans d'Ourthe-Amblève dynamitait à nouveau le viaduc créant ainsi l'affolement des habitants d'alentours.

Quelques jours plus tard, le 13 août 1944,  les maquisards lançaient au départ de Stoumont, une locomotive qui vint se précipiter au milieu des ruines existantes. Ceci dans le but de dégrader davantage le viaduc afin qu'il reste inutilisable plus longtemps encore, par les allemands.

 


Le viaduc à nouveau dynamité, dans la nuit du 8 au 9 août 1944.

 


La locomotive 4708, retirée de l'Amblève.

Finalement le viaduc de Remouchamps, après avoir connu quelques déboires, sera reconstruit durant les années 1947-1948. Composé de 10 arches, il fut entièrement reconstruit en parements de grès issus des carrières environnantes.

En 2007 et en 2008, le viaduc connut à nouveau d'importants travaux de réfection.

La ligne 42    Gare de Martinrive    Gare d'Aywaille      Gares privées

Gare de Remouchamps    Gare de Nonceveux   Gare de Quarreux

 

©  2006 Jacques SCHOUMAKERS